9H00 - 19H00
LUNDI - VENDREDI
4 RUE JEAN SARRAZIN
69008 LYON
04 78 00 37 29
CONTACT@REATHLETIC.FR

RE-ATHLETISATION

RETROUVEZ TOUS NOS ARTICLES

RÉ-ATHLETISATION #15

ABÉCÉDAIRE A, B et C : QUI EST QUOI ? 

Acromio-claviculaire :

Une des articulations qui composent le complexe de l’épaule. Elle relie deux surfaces ovalaires, situées sur l’acromion et l’extrémité externe de la clavicule. Un ménisque est également présent chez certaines personnes. La forme ovalaire des surfaces permet surtout des mouvements de glissement et également d’ouverture-fermeture de l’angle formé par les deux os.

BattleRope :

Outil servant soit en réathlétisation soit en préparation physique. La BattleRope, ou corde ondulatoire en français, est une corde dont la longueur et le poids varient selon l’objectif ciblé. Elle s’est développée ces dernières années avec la démocratisation du cross-training et permet de travailler simultanément des composantes de force, d’endurance de force, de gainage et de cardio suivant l’exercice utilisé.

CKCUEST (Closed Kinetic Chain Upper Extremity Stability Test) :

Test utilisé généralement par les professionnels de santé et du sport (kinésithérapeutes, préparateurs physique, entraîneurs, …) pour évaluer la stabilité et la puissance des membres supérieurs sur un exercice en chaîne cinétique fermée. Ce test a été publié dans la littérature scientifique en 2000 par Goldbeck et collaborateurs et a été modifié par Degot et collaborateurs en 2019 afin d’y ajouter une notion de normalisation par rapport à notre envergure.

RÉ-ATHLÉTISATION U, V, W et X

Unilatéral : consiste à réaliser des exercices en ne travaillant qu’un côté à la fois. En réathlétisation, le travail unilatéral est à privilégier afin de compenser les déficits constatés en renforçant spécifiquement le membre lesé.

Velocity Based Training (VBT) : méthode de développement de la puissance et de la force maximale. Cette méthode est basée sur le calcul de la vitesse d’exécution d’une barre ou d’un mouvement, en m/s.  Elle peut se faire à l’aide d’un boîtier placé au sol avec un fil directement relié à la barre (OpenBarbell) ou bien à l’aide d’application et de capteurs placés sur la barre (Beast, Push, Atlas WristBand). Elle permet un feedback immédiat de l’exécution du mouvement afin de s’assurer de la pertinence de la charge en fonction de l’objectif fixé.

Wall Ball : exercice issu du CrossFit dont l’objectif est un lancer de ballon lesté contre un mur. C’est un exercice qui implique une bonne exécution en squat ainsi qu’une bonne technique de poussée. Il peut être utilisé dans des cycles de développement de puissance, en préparation physique comme en réathlétisation.

Xiphoïde : structure osseuse ou bien cartilagineuse qui se situe sur la partie inférieure de sternum, sur laquelle s’attache des muscles intercostaux. Cette zone peut devenir douloureuse suite à des efforts musculaires importants.

RE-ATHLETISATION : Q, R, S et T

Quadrupédie, ratio, sus-épineux et TRX : retrouvez toutes les définitions !

Q : Quadrupédie

Position à quatre pattes, permettant une meilleure congruence de l’articulation glénohumérale. Ce travail en CCF entraine une co- contraction des muscles agonistes/ antagonistes et une réduction des contraintes de cisaillements au niveau articulaire.

R : Ratio

Rapport entre deux données exprimées en chiffre ou en pourcentage permettant d’objectiver un éventuel déséquilibre. Il est utilisé pour analyser le rapport de force musculaire entre agoniste et antagoniste et/ou controlatéral.

S : Sus -épineux (ou supra supinatus)

Muscle de la coiffe des rotateurs, stabilisateur de la tête humérale. Il est rotateur externe de l’épaule et auxilliaire du deltoide pour l’abduction du bras.

T : TRX (Training Under Suspension)

Sangle permettant d’effectuer des exercices d’entrainement en suspension. Outil de renforcement musclaire fonctionnel pouvant être utilisé pour les membres supérieurs, membres inférieurs et le tronc.

RE-ATHLETISATION DE A à Z #12

Mobilité articulaire : « capacité minimale à bouger pour réaliser un mouvement ou une posture demandée. La mobilité fait appel à 4 qualités en priorité que sont la souplesse, le contrôle moteur, l’équilibre et la force » (Broussal-Derval, 2019).  C’est un travail préalable à la réathlétisation d’une épaule pour s’assurer que le sportif a les bonnes postures lors de la réalisation des différents exercices.

Nerf axillaire : nerf qui prend racine en C5 et C6 qui innerve principalement le deltoïde mais également le petit rond et le sous-scapulaire. Ce nerf permet l’abduction de l’épaule.

Overhead : concerne un ensemble de sports où la plupart des actions se font avec les bras au-dessus de la tête. Le tennis, le volley-ball ou encore le handball sont considérés comme des sports overhead. Les pathologies de l’épaule y sont plus nombreuses dans ces sports.

Petit rond : (ou teres minor) muscle du complexe de la coiffe des rotateurs de l’épaule qui permet la stabilisation de la tête humérale dans sa glène. Il intervient tout particulièrement dans la rotation externe.

Posté dans RE-ATHLETISATION - Commentaires fermés sur RE-ATHLETISATION DE A à Z #12

RÉ-ATHLETISATION #11

ABÉCÉDAIRE : QUI EST QUOI ?

Inhibition : se définit comme le frein ou la suppression d’une action. Il peut être constaté visuellement et défini lors du test isocinétique et se caractérise par un « accident » de courbe lors de contraction musculaire. Il s’agit d’un mécanisme de protection de l’intégrité de l’articulation du genou lors de la contraction musculaire. Elle apparait entre 30 et 60° degré de flexion et traduit une souffrance mécanique fonctionnelle au niveau rotulien.

Jobe Test : Test musculaire de la coiffe des rotateurs de l’épaule qui évalue le supra-épineux. Le test sera considéré comme positif si le patient ressent une douleur ou si l’on constate une faiblesse de force comparativement au côté controlatéral.

K-STARTS : Test fonctionnel du membre inférieur qui permet d’obtenir un score sur 100 points  évaluant le niveau de récupération fonctionnelle des deux membres comparés entre eux (Blakeney WG, Sports Health,  2018). Il s’accompagne d’une recommandation quant au travail à réaliser pour améliorer ses capacités fonctionnelles.

Lombo-pelvienne stability : Peters (2013) a mis en évidence l’intérêt  des exercices de  stabilisation dans l’amélioration de la stabilité lombo-pelvienne. Cela a pour effet de réduire les charges sur l’articulation femoro-patellaire.

RE-ATHLETISATION #10

Extension (triple) :

Acquisition globale de la fonctionnalité du membre inférieur intégrant la synchronisation des trois articulations principales (hanche, genou, cheville). Important à retrouver avant la reprise de la course à pied.

Fonctionnel :

Mouvement permettant de recontextualiser le geste sportif dans l’activité pratiquée. Il s’oppose mais est complémentaire au travail analytique qui peut être réalisé sur machine isotonique ou isocinétique.

Gainage :

Travail de stabilisation statique ou dynamique des différentes articulations du corps. L’objectif est de se rapprocher au mieux de l’activité sportive en augmentant progressivement les contraintes (instabilité, nombre d’appui).

RE-ATHLETISATION DE A À Z #9 – ABÉCÉDAIRE : C’EST QUOI ?

Adducteurs de hanche : Cinq muscles composent le groupe des adducteurs (grand adducteur, long adducteur, court adducteur, pectiné et gracile). Ils sont situés dans la loge médiale de la cuisse. Ils jouent un rôle dans l’adduction de hanche, l’extension de hanche (lorsque celle-ci est en flexion) et le gracile joue un rôle de stabilisateur du genou.

Image de Pierre Debraux

Biceps femoral : Il appartient au groupe musculaire des ischio-jambiers. Il est composé de deux faisceaux (un long et un court).  Il permet l’extension de hanche, et lorsque le genou est fléchi, il permet la flexion et la rotation latérale de la jambe. Il s’agit d’un muscle particulièrement touché par les lésions musculaires. La plus petite longueur fasciculaire du biceps fémoral comparée au semi-tendineux le rend moins capable de résister lors de la phase finale excentrique du cycle de course. Par conséquent, lorsque le semi-tendineux est atteint, il fragilise le biceps fémoral dans les activités de courses à très haute intensité. Un travail de force excentrique sur toute l’amplitude de ce muscle est donc prépondérant tout en portant une attention posturale particulière à maîtriser la rotation externe du pied pour ne pas augmenter la contrainte biomécanique sur ce muscle.

Counter mouvement jump (CMJ) : Il s’agit d’un saut vertical, souvent utilisé pour évaluer la puissance du membre du membre inférieur. Son utilisation parait donc intéressante en réathlétisation comme exercice de base dans le travail pliométrique.

Dorsiflexion : Elle correspond à une flexion dorsale du pied. Son utilisation en réathlétisation va permettre d’agir sur différents éléments distincts. Le premier élément est la mobilisation du vaste médial permettant un verrouillage complet du genou lors d’un travail en CCO sur leg extension. La deuxième chose est la mobilisation de la cheville qui permet d’agir sur les muscles de la loge antérieure (tibial antérieur, long extenseur des orteils, long extenseur de l’hallux et le troisième fibulaire) et latérale (long et court fibulaire). Ces actions permettent d’agir en prophylaxie sur les entorses de cheville du ligament latéral externe, de l’aponévrosite plantaire, tendinite du tendon d’achille et la périostite tibiale mais également d’optimiser la qualité de la course à pied.

Posté dans RE-ATHLETISATION - Commentaires fermés sur RE-ATHLETISATION DE A À Z #9 – ABÉCÉDAIRE : C’EST QUOI ?

RE-ATHLETISATION DE A À Z #8 – ABÉCÉDAIRE : C’EST QUOI ?

 

 

Y Balance Test (YBT) : L’YBT est une version simplifiée du Star Excursion Balance Test (SEBT) (3 directions conservées sur les 8 originelles : antérieure, postéro-médiale et postéro-latérale). Il permet de mesurer l’équilibre postural dynamique évalué par la combinaison de l’amplitude articulaire, de la souplesse, du contrôle neuromusculaire et de la force du membre inférieur. Il a été constaté une augmentation du risque de blessure (2.5 fois plus importante) chez les personnes ayant une différence de plus de 4 cm sur la distance antérieure et un risque 6.5 fois plus important chez les femmes ayant une distance moyenne sur l’ensemble des directions inférieure à 94%.

 

 

 

Z (ligne ou strie) :Les lignes Z sont des membranes transversales qui délimitent le sarcomère qui est l’unité contractile du muscle strié. Elles se trouvent dans la bande A qui est uniquement composée de filament d’actine. La strie Z est marquée par l’interpénétration des filaments fins de deux sarcomères contigus.

 

RE-ATHLETISATION de A à Z #7 – ABÉCÉDAIRE : C’EST QUOI ?

Upper quarter Y balance test

Test fonctionnel de la mobilité et de la stabilité du membre supérieur (Gorman, 2012). L’UQYBT est le premier test fiable conçu pour évaluer fonction dynamique unilatérale du membre supérieur en chaîne cinétique fermée stricte (Westrick, 2012). Ce test ne peut en revanche être utilisé pour évaluer la force du membre supérieur (Borms, 2016).

Vitesse d’exécution (tempo)

Vitesse de déplacement d’une charge en musculation (en secondes). Il est important de considérer le tempo comme un facteur de progression et de performance. Il se compose de 4 chiffres correspondant à 4 phases bien définies : le mouvement excentrique, la phase de transition avec le mouvement concentrique (isométrie 1), le mouvement concentrique et la phase de transition avec le mouvement excentrique (isométrie 2). En fonction de l’objectif de la séance de force, le tempo va être tout autant  adapté que la charge de travail. Pour exemple, un travail de force maximale peut se faire en 3020, un travail d’explosivité en 2010.

Warm up

Phase d’échauffement essentielle au bon déroulement de la séance de travail. Elle doit être adaptée et orientée en fonction de l’objectif principal de la séance. Cette phase dure en moyenne 15 min maximum. Elle doit permettre d’optimiser la qualité du travail effectué. Par exemple, pour une séance de force maximale, un travail de mobilité articulaire puis de mouvements fonctionnels pluri-articulaire et ensuite 2 à 3 passages d’échauffement spécifique sur les machines que l’on souhaite utilisée, vont permettre d’obtenir l’activation neuromusculaire nécessaire à une réalisation qualitative des  mouvements demandés.

RE-ATHLETISATION DE A à Z #6 – Abécédaire : qui est quoi ?

Quadriceps 

Muscle de la loge antérieure de la cuisse qui regroupent 4 chefs musculaires : le rectus femoris, le vastus lateralis, le vastus intermedius et le vaste medialis. Ils permettent l’extension de la jambe, la flexion de hanche et la stabilisation de la rotule. Ce muscle est largement impliqué dans les syndromes femoro-patellaire d’origine musculaire et notamment une faiblesse dans son mode de contraction excentrique. Lors d’une immobilisation de la jambe, l’atrophie musculaire de la cuisse débute rapidement et touche principalement le quadriceps. Il est donc important de travailler le renforcement du quadriceps dès lors qu’il y a une immobilisation.

Return to play :

La notion d’accompagnement au retour au jeu est banalisée dans le monde du sport professionnel. Dans le milieu amateur, cet accompagnement progressif de « montée en charge » est loin d’être acquis. L’objectif de la structure Athletic, par l’intermédiaire de son département Recherche et Développement, est de mettre en œuvre des protocoles de réathlétisation établis à l’aide de leur comité scientifique composé de chirurgiens, médecins, kinésithérapeutes, préparateurs physiques spécialisés. Cette collaboration a permis de mettre en place des protocoles de réathlétisation précis ainsi qu’un test fonctionnel spécifique au membre inférieur (principalement orienté genou : le K-STARTS) et de partager cette expérience au travers des formations proposées par la structure. Ce partage a pour but de démocratiser la réathlétisation pour la rendre accessible au plus grand nombre.

Synchronisation Unités Motrices (UM) :

Elément appartenant aux facteurs nerveux intervenant dans le cycle étirement-raccourcissement mis en jeu lors d’efforts dynamiques ou explosifs. Les deux autres facteurs nerveux sont le recrutement spatial (nombre d’UM recrutées) et le recrutement temporel (fréquence des impulsions) des unités motrices. L’objectif est d’améliorer la capacité à développer le maximum de force en un temps le plus court possible.

 

Tendinite rotulienne :

Pathologie qui touche principalement les sportifs mais qui peut également être une complication suite à une ligamentoplastie du ligament croisé antérieur. Il s’agit d’une inflammation du tendon rotulien préférentiellement située au niveau de la pointe de la rotule. Les causes les plus fréquentes sont une paire de chaussure inadaptée, une exécution incorrecte d’un geste sportif, des défauts anatomiques, des entraînements sportifs excessifs, une surface de pratique trop dure, des déséquilibres musculaires.