9H00 - 19H00
LUNDI - VENDREDI
4 RUE JEAN SARRAZIN
69008 LYON
04 78 00 37 29
CONTACT@REATHLETIC.FR

RE-COMMANDATION

RETROUVEZ TOUS NOS ARTICLES

RE-COMMANDATION #12

Quel est l’intérêt de la Flexi-barre® en réathlétisation de l’épaule ?

La Flexi-barre® ou barre d’oscillations est une tige en fibre de verre ou de carbone longue de 1.50 m, munie d’un grip en son milieu et lestée d’un poids à chaque extrémité. Sa mise en mouvement par l’athlète, au travers de mouvements de flexion et extension du coude, génère des vibrations qui permettent l’activation et la contraction des muscles profonds.

Son utilisation en réathlétisation permet d’améliorer le contrôle neuromusculaire de l’épaule, au travers de :

– la proprioception, par la création d’instabilités dues aux vibrations sur une durée d’environ 30 secondes.

– le renforcement, par l’activation des muscles stabilisateurs de l’épaule, notamment les muscles scapulo-thoraciques (trapèze inférieur, rhomboïdes, dentelé antérieur) lors d’un positionnement du bras en abduction à 90° avec une légère flexion du coude.

La liberté de mouvement de la flexi-barre combinée à celle de l’épaule permet de diversifier les exercices de gainage et de travailler l’épaule dans les 3 plans de l’espace. Elle présente un réel intérêt pour stimuler la proprioception, la force et la coordination intra et inter-musculaire de l’épaule.

Au niveau de la planification, de ce type de travail interviendra dans un second temps. En effet, un travail en chaîne cinétique fermée est préconisé en début de protocole afin de limiter l’instabilité pour mieux la contrôler.

Ce type de travail peut également être associé à la Shoulder sphère qui permet de renforcer les muscles de la coiffe des rotateurs tout en y associant la stabilité d’épaule lors de mouvements fonctionnels sportifs.

RE-COMMANDATION #11

Intérêt d’un travail postural en réathlétisation après la pose d’une butée antérieure ?

La pratique d’un sport implique d’avoir une bonne posture afin d’optimiser le mouvement, de performer et de diminuer le risque de blessures et/ou de douleurs. Lorsque l’on analyse la posture des sportifs en activité, on retrouve des schémas moteurs non efficients dus à d’éventuels déséquilibres antéropostérieur et ou latéraux.

La posture précède et accompagne le mouvement, elle est l’activité tonique musculaire qui nous permet d’organiser l’équilibre de notre architecture musculo-squelettique. Le contrôle de la stabilité posturale dans le mouvement est un des facteurs d’accès à la performance et prend également tout son sens en réathlétisation.

Le travail postural va permettre de :

  1. Corriger les déséquilibres observés et acquérir une posture correcte en réharmonisant et rééquilibrant des régions musculaires spécifiques.
  2. Améliorer le contrôle moteur en augmentant sa capacité à réaliser des ajustements posturaux lors de l’exécution dynamique du mouvement par un travail neuromusculaire.
  3. Renforcer les muscles stabilisateurs et fixateurs des ceintures scapulaire et pelvienne pour corriger des anomalies posturales comme un enroulement excessif des épaules vers l’avant ou bien une cyphose thoracique.

Un travail de recontextualisation de l’articulation de l’épaule devra compléter le processus de prise en charge afin d’observer l’intégration des modifications dans la gestuelle sportive.

Posté dans RE-COMMANDATION - Commentaires fermés sur RE-COMMANDATION #11

RE-COMMANDATION #10

La proprioception est une qualité physique qui permet d’optimiser le contrôle de la posture et la stabilité segmentaire et articulaire lors du mouvement en s’appuyant sur l’amélioration de la perception de la position des segments (statesthésie), la perception du mouvement des segments (kinesthésie) et la perception de la résistance au mouvement.

L’entraînement de cette qualité va avoir comme vertu, l’amélioration des temps de réaction, de la coordination intra et inter musculaire ainsi que de la force et de la vitesse. Pour le patient, cela se traduira par une optimisation de la posture en dynamique, une meilleure capacité d’adaptation, et favorisera la stimulation des fibres rapides. D’un point de vue psychologique, cela permettra d’améliorer la confiance en soi des patients en levant les appréhensions liées aux situations dites « à risque ».

Ce programme pourra faire l’objet d’un travail spécifique soit orienté en apprentissage (qualité sur des exercices simples à complexes) soit orienté en situations de fatigue pour évaluer le niveau d’acquisition des réponses motrices.

Toutefois, il sera obligatoire de combiner cette tâche à un travail de force maximale pour permettre d’atteindre notre objectif d’optimisation du contrôle du mouvement. Le travail de proprioception seul ne peut être considéré comme un travail de force.

Dans la mise en place de la planification de cette qualité, il conviendra de débuter par des tâches simples qui auront été abordées en rééducation pour complexifier les exercices en se rapprochant progressivement des contraintes de l’activité pratiquée.

Posté dans RE-COMMANDATION - Commentaires fermés sur RE-COMMANDATION #10

RE-COMMANDATION #9 – INTÉRÊT DU TRAVAIL D’UN TRAVAIL PLIOMÉTRIQUE EN RÉATHLETISATION

La pliométrie est définie comme l’enchaînement d’une contraction excentrique et d’une contraction concentrique.

L’utilisation du cycle « étirement-raccourcissement » permet aux unités motrices d’atteindre plus vite leur force maximale.

Son entraînement permet d’améliorer la coordination inter et intramusculaire donc la puissance développée par le muscle. Par conséquent, l’athlète va améliorer sa vitesse et son explosivité.

Il convient d’être prudent dans l’évolution de l’entraînement en pliométrie. Tout d’abord, il est nécessaire d’utiliser la pliométrie horizontale surtout lors de cette phase de réathlétisation. Les contraintes sont moins importantes qu’en pliométrie verticale et permettent d’activer la capacité et le contrôle neuromusculaire nécessaire en début de réathlétisation. Ce type de travail va permettre de gagner plus facilement en force maximale. Ensuite, l’introduction de la pliométrie vertical doit se faire progressivement en respectant certains fondamentaux comme le niveau de récupération de la force excentrique et concentrique du quadriceps.

Le travail bipodal en début de processus doit permettre de passer progressivement à du travail en unipodal. Le travail unipodal devra également être découpé en plusieurs phases de contraintes.

En réathlétisation, ce type de travail est très efficace pour le gain de force fonctionnelle et la confiance en soi. Bien utilisé, il permettra d’optimiser la phase de réathlétisation.

Posté dans Nouveautés, RE-COMMANDATION - Commentaires fermés sur RE-COMMANDATION #9 – INTÉRÊT DU TRAVAIL D’UN TRAVAIL PLIOMÉTRIQUE EN RÉATHLETISATION

RE-COMMANDATION #8 – INTÉRÊT DU TRAVAIL DE RENFORCEMENT EXCENTRIQUE DES ISCHIO-JAMBIERS

Le mode de contraction excentrique compte de nombreux avantages. En effet, d’un point de vue de la rééducation, le travail dynamique négatif permet de travailler sur le réalignement des fibres musculaires et favoriser la cicatrisation est connue. Au niveau de la réathlétisation, il permet d’améliorer la force d’amortissement, la force maximale et la force explosive réactive.

L’intérêt du renforcement excentrique des ischio-jambiers réside principalement dans la prévention du risque de blessure musculaire.

L’évaluation isocinétique permet d’évaluer la capacité du complexe musculotendineux à freiner un mouvement. Il a été mis en évidence l’utilité d’un équilibre de la balance agoniste/antagoniste de la cuisse. Le ratio fonctionnel (ou « mixte ») établi entre la force excentrique des ischio-jambiers (à 30°/s) et la force concentrique du quadriceps à vitesse rapide (à 240°/s) doit être compris entre 0,9 et 1,5 pour limiter le risque de blessure de la cuisse. Lors de ses travaux, JL Croisier a identifié un risque lésionnel des ischio-jambiers multiplié par 4 chez des joueurs de football présentant un déséquilibre de force et en particulier d’un ratio « mixte » faible.

Lors de la mise  en place de nos exercices, l’important va être de planifier les exercices en maîtrisant leur complexification pour se rapprocher progressivement des mouvements spécifiques de l’activité pratiquée notamment pour toutes les activités nécessitant une vitesse d’exécution, de changement de direction, de freinage et d’accélérations.

Posté dans RE-COMMANDATION - Commentaires fermés sur RE-COMMANDATION #8 – INTÉRÊT DU TRAVAIL DE RENFORCEMENT EXCENTRIQUE DES ISCHIO-JAMBIERS

RE-COMMANDATION #7 – Intérêt du travail de coordination motrice

Lors des principales activités de pivots/contacts, les joueurs doivent se déplacer sur un terrain en tenant compte de situations dites « ouvertes » comprenant les adversaires, les partenaires et le ballon.  La qualité d’agilité semble apparaître comme qualité essentielle à la pratique du sport notamment à haut niveau. L’agilité peut être définie comme un mouvement rapide du corps entier avec changement de vitesse ou de direction en réponse à un stimulus. Selon le modèle de Sheppard (2006), l’agilité intègre une composante cognitive et une composante physique. La composante physique repose sur la vitesse linéaire du sujet, sa réactivité, ses qualités musculaires, sa technique et certaines caractéristiques anthropométriques. La qualité de proprioception en statique et en dynamique complète ses facultés.

Pour améliorer son agilité, il convient, en parallèle du travail de renforcement musculaire, de mettre en place en place des exercices dynamiques pluri-articulaires afin de se rapprocher au mieux de la pratique sportive. Cependant, les mouvements réalisés lors de son activité sont complexes et  nécessite une décomposition. Ce travail de simplification permet de recréer progressivement un schéma moteur efficient.

Pour cela, nous avons à notre disposition du petit matériel tel que les steps, les cerceaux, l’échelle de rythme,…

Lors de la mise  en place de nos exercices, l’important va être de planifier les exercices en maîtrisant leur complexification pour se rapprocher progressivement des mouvements spécifiques de l’activité pratiquée.

L’avantage de ce travail de pliométrie horizontale, outre le fait de développer son habileté motrice, est de favoriser l’activation des fibres rapides et donc de réduire le délai d’activation musculaire.

Posté dans Actualités, RE-COMMANDATION - Commentaires fermés sur RE-COMMANDATION #7 – Intérêt du travail de coordination motrice

RE-COMMENDATION #6 – Intérêt du travail excentrique du quadriceps ?

Le travail excentrique est un mode de contraction musculaire anisométrique. Il consiste en la production de force lors de l’allongement du muscle. Il permet à terme d’aboutir à une réduction des dégradations tissulaires, des adaptations structurales et ainsi permettre une meilleure résistance du tissu tendineux à l’allongement contraint.

L’utilisation de ce type de travail en réathlétisation va permettre d’atteindre 2 objectifs cruciaux dans l’optimisation des qualités physiques : 1) l’augmentation de la capacité amortissante du muscle (quadriceps) et 2) l’augmentation de la force réactive donc du cycle   « Etirement-Raccourcissement » mis en jeux lors d’une action pliométrique.

  • La récupération de la composante amortissante du muscle est un objectif prioritaire en début de réathlétisation. En effet, l’augmentation de la force excentrique va permettre de limiter les contraintes sur l’articulation et ainsi de limiter une possible phase inflammatoire due à la répétition des impacts au sol.
  • L’augmentation de la force excentrique va permettre d’augmenter la force maximale tout en augmentant la capacité neuromusculaire. Ce développement associé va permettre d’augmenter la force réactive et donc notre capacité de rebond.

La récupération de ces aptitudes est essentielle dans le gain de fonctionnalité (capacité et contrôle neuromusculaire) au cours de la réathlétisation. Ces gains vont permettre d’être par la suite plus performant lors du travail d’explosivité, d’accélérations, de vitesse de démarrage, de changements de direction.

 

Progressivité / Difficultés

Posté dans Actualités, RE-COMMANDATION - Commentaires fermés sur RE-COMMENDATION #6 – Intérêt du travail excentrique du quadriceps ?

RE-COMMANDATION #3 – Utilité des mini-bandes élastique pour le renforcement des abducteurs/rotateurs externes de hanche ?

L’utilisation des bandes élastiques en préparation physique s’est démocratisée ces dernières années. Leur intérêt est multiple avec une utilisation en phase d’échauffement, de travail de renforcement et d’étirements actifs. L’apport de cette méthodologie permet une plus grande diversité d’exercices en préparation physique et une simplification ou complexification de ceux-ci avec notamment un rapprochement vers l’aspect fonctionnel de certains mouvements spécifiques aux activités physiques et sportives.

Cependant, lorsque l’on souhaite cibler le travail sur un groupe musculaire particulier, l’utilisation de mini-bande semble plus pertinente.

Dans ce numéro, nous vous expliquons comment utiliser une mini-bande comme outil d’échauffement voire de renforcement des muscles abducteurs/rotateurs externes de hanche.

En échauffement, il s’agit d’effectuer un rodage articulaire qui viendra compléter une mise en route sur vélo. L’intérêt va être d’augmenter la température musculaire afin d’avoir une meilleure capacité de contraction permettant un meilleur maintien de l’articulation. Ces exercices peuvent également être utilisés en endurance de force pour améliorer le maintien postural dans le temps.

En fonction du niveau de récupération musculaire et donc de force de la personne, ces exercices peuvent être utilisés pour travailler en renforcement musculaire. Ils permettent soit une action ciblée sur les fessiers et notamment le moyen fessier soit une action sur la chaîne externe de la jambe. Ce travail de chaîne est particulièrement intéressant en réathlétisation principalement après une ligamentoplastie du ligament croisé antérieur afin de corriger en partie un potentiel genu valgum dynamique mais également de retravailler le maintien de l’articulation de la cheville (lorsque la mini-bande est placée au niveau du coup de pied).

 

 

Posté dans Nouveautés, RE-COMMANDATION - Commentaires fermés sur RE-COMMANDATION #3 – Utilité des mini-bandes élastique pour le renforcement des abducteurs/rotateurs externes de hanche ?

RE-COMMANDATION #4 – Intérêt du renforcement de la course interne des ischio-jambiers post chirurgie par DIDT ou DT ?

Les ischio-jambiers jouent un rôle important dans la stabilité active du genou.

La reconstruction du LCA à l’aide des tendons des muscles de la patte d’oie (ischio-jambiers) est une technique largement répandue. Il s’agit de prélever les tendons du demi-tendineux (DT) et du gracilis (DI).

La prise de greffe est donc source d’une faiblesse des ischio-jambiers en post-chirurgical. De plus, la raideur articulaire qui ne permet pas de stimuler immédiatement le muscle dans toute l’amplitude de flexion (course interne). Les ischio-jambiers jouent un rôle freinateur face au quadriceps primordial dans la protection du LCA.

Par ailleurs, certains patients opérés peuvent présenter des lésions musculaires des ischio-jambiers par insuffisance musculaire dans les sports nécessitant des accélérations, des impulsions ou des changements de direction à vitesse élevée. La lésion intervient lorsque la jambe est en extension et la hanche en flexion et se traduit par des douleurs à type de crampe voire des sensations de claquage. L’objectif va donc être de renforcer cette partie haute des ischio-jambiers, notamment en mode de contraction excentrique, afin de développer la capacité de réponse musculaire.

 

 

Posté dans Nouveautés, RE-COMMANDATION - Commentaires fermés sur RE-COMMANDATION #4 – Intérêt du renforcement de la course interne des ischio-jambiers post chirurgie par DIDT ou DT ?

RE-COMMANDATION #5 – Intérêt et activation du vaste interne ?

Le vastus medialis (ou vaste interne) est le faisceau médian du quadriceps. Il permet l’extension de la jambe et joue un rôle important dans le verrouillage du genou et donc sa stabilité du genou. Il agit principalement dans les 40 derniers degrés d’extension.

Dans la littérature scientifique, il a été mis en évidence l’importance de la force du quadriceps pour prévenir certaines pathologies comme le syndrome femoro-patellaire (Yosmaoglu, 2013). Lors de l’évaluation isocinétique, l’observation de l’activité du vaste interne s’effectue en fin de mouvement d’extension. Chez les personnes ayant une faiblesse de force de ce faisceau, on observe une décroissance précoce de la courbe isocinétique.

Ce muscle intervenant dans les 40 derniers degrés d’extension (en concentrique) intervient par conséquent dans les 40 premiers degrés de flexion (en excentrique). Son rôle est donc important dans le début de la phase d’amortissement des impacts au niveau de l’articulation du genou (course à pied, réception de saut). Pour l’activer, il est possible d’utiliser les mini-bandes élastiques puis d’augmenter progressivement la charge de travail en passant sur l’utilisation de la poulie. Le renforcement excentrique doit être intégré à cette phase. Si l’activation en dynamique est compliquée, il est possible d’utiliser le Leg extension en mode isométrique pour jouer le rôle d’activateur.

Il est indispensable de traiter les dysfonctionnements d’activation des quadriceps en priorité lors de la constatation d’un déficit de ce groupe musculaire (Blackburn JT, 2016). De par son rôle, le vaste interne doit faire l’objet d’une attention particulière.

 

 

Posté dans Actualités, RE-COMMANDATION - Commentaires fermés sur RE-COMMANDATION #5 – Intérêt et activation du vaste interne ?