9H00 - 19H00
LUNDI - VENDREDI
4 RUE JEAN SARRAZIN
69008 LYON
04 78 00 37 29
CONTACT@REATHLETIC.FR

Nouveautés

RETROUVEZ TOUS NOS ARTICLES

RÉ-VISION #15

  1. Après une intervention chirurgicale par procédure Latarjet, tous les sportifs reprennent leur sport principal au même niveau qu’avant blessure?

Non.

Dans la littérature scientifique, il est souvent fait état d’un taux de retour au sport sans toutefois préciser le niveau de celui-ci. On observe alors que le taux de retour au sport au même niveau varie de 56% (Beranger, 2016) à 83% (Boileau, 2014). Nous trouvons même, dans 21,3% des cas (Beranger, 2016), un changement de pratique sportive à la suite de cette opération.

 

  1. Existe-t-il un test spécifique à la butée antérieure par Latarjet pour valider le retour au sport ?

Non.

Plusieurs tests sont décrits dans la littérature concernant les membres supérieurs, que ce soit en chaîne cinétique ouverte ou fermée, ou encore en uni ou en bilatérale. Cependant, pour la procédure Latarjet, aucun test n’est à ce jour validé (Hurley, 2019). C’est dans cet objectif que la batterie de tests fonctionnels S-STARTS a été créée.

 

  1. Peut-on faire de la réathlétisation pour une instabilité d’épaule sans pour autant en être opéré ?

Oui.

Lors d’épisodes de subluxations ou de luxations, l’intervention chirurgicale est privilégiée, notamment chez des sujets sportifs, jeunes et présentant plusieurs récidives (Ialenti, 2017). Cependant, ce n’est pas la seule option. Un traitement conservateur peut alors être fait et est notamment réalisé chez des sujets âgés, peu actifs et avec peu de récidives (Lévy, 2011). Dans le cas de sportifs non opérés, la réathlétisation se fera alors dans le but de renforcer les muscles stabilisateurs des omoplates ainsi que les muscles protégeant l’articulation glénohumérale, le tout en respectant les spécificités sportives avec pour objectif de reprendre leur activité en évitant le risque de récidive.

RÉ-SULTAT #15

Témoignage d’Arnaud EYCHENNE – 6 séances de réathlétisation épaule

Je me suis fait opérer de l’épaule gauche en décembre 2018 mais j’avais déjà subi une opération de l’épaule droite en 2011. Ayant été suivi les 2 fois par le même médecin du sport (le Dr Borel), il connaissait ma volonté d’avoir une rééducation efficace pour pouvoir reprendre mon activité sportive dans les meilleures conditions. En effet, je pratique du VTT de descente et enduro en compétition et je souhaitais retrouver mon niveau d’avant la blessure.

Il m’a donc orienté vers la réathlétisation. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre car c’était la première fois que je suivais ce type de programme.

Après avoir eu son accord à 3 mois post-opératoire, j’ai pu me rendre au centre ATHLETIC pour la première séance durant laquelle Dimitri, doctorant en sciences du sport et préparateur physique, m’a fait passer le TAR (Test d’Aptitude à la Réathlétisation). Ce test a déterminé que je pouvais suivre un programme de réathlétisation et il a été convenu que je fasse 6 séances avant un prochain bilan.

J’ai apprécié l’approche personnalisée et très détaillée / analytique du test. En effet, des mesures précises ont été enregistrées lors de différents exercices (force en rotation interne/externe, amplitudes, explosivité etc.) permettant d’avoir des données servant de base de travail pour la suite.

Ce bilan a permis une lecture très ciblée des faiblesses que j’avais développé et donc de fixer des axes de travail adaptés.

Le rythme me paraissait léger lors des premières séances mais il s’agissait d’abord de me réhabituer à l’effort et de ne pas forcer trop vite sur l’articulation. Puis le degré de difficulté a augmenté progressivement et je sentais que je passais des paliers de progression très nets séance après séance.

J’étais suivi pour les 6 séances par Valérie, préparateur physique spécialiste en réathlétisation épaule, qui a été top car très professionnel dans sa manière de me prendre en charge : toujours à donner du sens à chaque exercice et à être derrière moi pour s’assurer qu’ils étaient bien exécutés ! Elle était à la fois très sympa et en même temps rigoureuse dans le déroulé des séances et l’application du programme, bref, j’ai beaucoup apprécié son coaching.

La confiance est revenue progressivement et je ressentais de moins en moins l’appréhension de me faire mal.

Lors du bilan S-STARTS (Shoulder-SanTy Athletic Return To Sport) les tests pratiqués ont permis d’avoir des données chiffrées rendant mes progrès quantifiables. C’était très intéressant de pouvoir le constater.

J’ai repris progressivement et prudemment le VTT en retrouvant rapidement mes sensations. Je n’ai pas ressenti « d’alertes » sur une faiblesse particulière de mon épaule opérée.

Au bout d’une semaine d’entraînements, j’avais retrouvé la vitesse et la technique de mon niveau de compétition même s’il me manquait de l’endurance physique générale (due à ma longue période d’inactivité sportive).

Je suis très satisfait de la réathlétisation épaule dispensée au centre ATHLETIC que j’ai d’ailleurs recommandée à ma sœur pour son épaule opérée. Elle a été aussi prise en charge par Valérie et est très contente !

RE-TOUR D’EXPERIENCE #15

Témoignage de Morgane BURETTE – Masseur Kinésithérapeute (74)

J’ai connu le centre ATHLETIC par biais d’une soirée Clinic Medico Sport où Grégory VIGNE -préparateur physique et docteur en sciences du sport-  faisait une intervention.

Depuis le début de ma carrière, je suis très régulièrement en contact avec les pathologies du membre inférieur et cela s’est accentué depuis que je suis kiné de l’équipe de France de ski alpin.

Je me suis donc inscrite pour le module 1 et le module 2 en réathlétisation genou que j’ai pu effectuer la même semaine (2 jours pour chaque session). J’ai aimé pouvoir faire l’intégralité des modules dans la continuité.

Mon objectif principal était d’approfondir mes compétences en réathlétisation. Je me rendais compte que mes prises en charge post LCA étaient complètes jusqu’à la fin de la rééducation mais qu’il me manquait ensuite de l’expertise pour la réathlétisation. Je croyais que cette pratique n’était dispensée que par les préparateurs physiques car nous, masseurs-kinésithérapeutes, ne disposions que de peu d’éléments concernant ce sujet.

 La formation était de qualité avec de bons intervenants, notamment Damien Dricot, masseur-kinésithérapeute, qui avait un contenu très intéressant puisqu’il concernait directement notre pratique. J’ai d’ailleurs trouvé que son intervention était trop courte.

Le rythme était idéal avec la théorie le matin et la pratique l’après-midi car cela m’a permis de mieux me rendre compte de ce que j’apprenais et surtout de pouvoir retenir plus facilement les exercices.

 Depuis, j’ai monté mon cabinet en janvier 2019 et j’organise 4 séances hebdomadaire de réathlétisation, de 1h à chaque fois, avec +/- 5 participants. L’intérêt est de pouvoir réaliser des séances par niveau d’une part, mais également de pouvoir créer une bonne ambiance de pratique puisque les patients ont la même pathologie et peuvent donc partager leurs expériences et leurs évolutions. J’utilise les exercices vus en formation et le support pédagogique distribué à chaque session m’aide encore très régulièrement aujourd’hui.

 La formation réathlétisation genou m’a été très utile, mais je pense qu’il faudrait faire des remises à niveau afin de ne pas oublier certaines notions.

Je pense revenir très bientôt me former au module de Damien Dricot : les 10 niveaux de récupérations motrices ainsi que pour la formations sur le test fonctionnel genou K-STARTS

Morgane BURETTE
Masseur-kinésithérapeute

Kinae
32 avenue de la République
74960 Annecy

m.burette@hotmail.com
07 71 24 14 51

Centre Roosevelt

EDITO

L’ensemble de l’équipe REATHLETIC® espère que vous avez passé un bel été, studieux ou reposant.                                              

L’actualité de la rentrée est riche pour le LABORATOIRE DE LA REATHLETISATION® et de nombreux projets sont déjà engagés pour le dernier quadrimestre.

Coté « Recherche et Développement », nous sommes très fiers du prix reçu lors du congrès de l’AOSSM de Boston en juillet dernier pour le test fonctionnel K-STARTS. Le T.David Sisk Award du « meilleur article international pour l’année 2018 » est la récompense d’un travail initié il y a plusieurs années afin de valider un test de reprise du sport après une chirurgie du ligament croisé antérieur.

Ce prix est également une motivation supplémentaire  à poursuivre nos études sur d’autres pathologies pour vous apporter des tests et des protocoles de qualité dans le but commun d’améliorer la prise en charge des patients. De nombreux travaux sont en cours sous l’égide de notre Comité scientifique composé de médecins et chirurgiens du Centre Orthopédique Santy, notamment sur l’épaule, la hanche et la colonne vertébrale.

 Coté « Formation », le dernier quadrimestre 2019 démarre et certains d’entre vous n’ont peut-être pas encore répondu à leur obligation de formation triennale. A ce titre, REATHLETIC® vous propose de nombreuses formations agrées OGDPC et  FIFPL d’ici la fin d’année afin de consolider votre expertise dans la prise en charge du genou ou de l’épaule. Nous dispensons également une  formation axée sur la prévention des risques de blessure .

L’objectif étant de vous accompagner au mieux quotidiennement grâce à des outils spécialement conçus pour vous, les participants ont accès à l’application REATHLETIC® et bénéficient de toutes les fonctionnalités liées à la formation (supports pédagogiques, tests, protocoles, publications scientifiques..).

Nous savons que votre temps est précieux, en particulier en cette période de rentrée, c’est pourquoi nous sommes également à votre disposition pour vous accompagner dans les modalités d’inscriptions.

N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour toutes questions concernant nos travaux de recherche, nos programmes de formation, notre application ou notre communauté d’experts labellisés.

Sportivement,

Laurent PATRIS
Dirigeant – fondateur associé

Posté dans Nouveautés - Commentaires fermés sur EDITO

RE-TURN TO PLAY #13

Prise en charge d’un rugbyman professionnel post LCA

Depuis la professionnalisation du rugby en 1995, le taux de blessures n’a cessé d’augmenter (Fuller, 2013). Le rugby est un sport avec des impacts violents entraînant des blessures souvent grave débouchant sur une longue période de récupération et de rééducation (> 10 semaines) (Williams, 2013). Les blessures au genou représentent le plus grand nombre de jours d’absence chez les rugbymen professionnels. Les lésions du LCA représentent 29% des jours manqués dû aux blessures au genou, soit en moyenne 271 jours d’absence par rupture du LCA (Dallalana, 2007). Montgomery (2018) a montré un taux de lésions de LCA de 0.43 pour 1000 heures de pratique en condition de match. 56% des blessures du LCA interviennent soit lors d’un plaquage, soit lors d’une course offensive. Plus de la moitié des lésions du LCA interviennent sur un contact. Pour les lésions sans contact, la plupart surviennent lors d’un appui latéral de la part du porteur de balle et principalement lors d’une attaque talon du pied au sol (Montgomery, 2018).

Le cas pratique étudié est un jeune rugbyman de 23 ans évoluant en Pro D2, ayant subi une rerupture du LCA lors d’un match de Top 14. En effet, le joueur avait déjà eu une intervention en 2014 sur le même genou. Suite à la passation de deux K-STARTS révèlant des déficits importants, le joueur a intégré un protocole de réathlétisation spécifique du genou au sein de notre structure Reathletic. La prise en charge s’est effectuée sur 3 semaines consécutives à raison d’une séance quotidienne d’1H30 encadrée par un préparateur physique spécialisé et de 30min de protocoles de récupération avec Game ready et pressothérapie.

La présence d’une inhibition quadricipitale douloureuse mise en évidence lors de l’évaluation isocinétique a orienté le protocole sur une prise en charge associée entre LCA et syndrome douloureux rotulien (SDR). La plus grande difficulté dans ce protocole a été de « casser » la boucle nociceptive afin de permettre au quadriceps d’agir sur toute l’amplitude du mouvement. Le protocole a suivi deux axes de renforcement : la force maximale et l’endurance de force.

La force maximale excentrique a été l’axe de travail principal des premières séances afin d’augmenter la capacité du muscle à absorber les contraintes rotuliennes. Pour cela, nous avons mis en place deux types d’exercices en chaîne cinétique fermée : le premier consistait à augmenter la force maximale sur les 40 premiers degrés de flexion, et le deuxième, d’avoir un travail excentrique infra douloureux sur une amplitude musculaire de 110° de flexion. En parallèle, la séance comportait un travail d’endurance de force au travers d’exercices d’appuis sur des angles de flexion faibles permettant à la fois de développer la coordination motrice mais également de redonner l’habitude au muscle de travailler sans douleur.

Une deuxième phase avec l’introduction du travail en chaîne cinétique ouverte, tout d’abord en statique puis en dynamique les 40° derniers d’extension a permis de retrouver une certaine fonctionnalité du genou.

La troisième a été axée sur un transfert du travail de force sur des exercices d’agilité spécifique rugby.

A l’issu du protocole, le joueur a pu réintégrer progressivement le travail avec son équipe afin de continuer sur une préparation physique spécifique rugby avec les préparateurs physique de son club. Après un mois et demi de travail dans son club et 11 mois après son opération, le joueur a repris la compétition lors d’une rencontre de Pro D2.

 

Bibliographie

Williams S, Trewartha G, Kemp S, & Stokes, K (2013). A meta-analysis of injuries in senior men’s professional Rugby union. Sports Medicine, 43 (10), 1043–1055.

Fuller CW, Sheerin K, Targett S. Rugby World Cup 2011: International Rugby Board injury surveillance study. Br J Sports Med 2013; 47: 1184–91.

Dallalana RJ, Brooks JH, Kemp SP, et al. The epidemiology of knee injuries in English professional rugby union. Am J Sports Med 2007; 35: 818–30.

Montgomery C, Blackburn J, Withers D, Tierney G, Moran C, Simms C. Mechanisms of ACL injury in professional rugby union: a systematic video analysis of 36 cases. Br J Sports Med. 2018; 52(15):994-1001.

EDITO JUIN 2019

La réathlétisation ou, comme le disent les anglo-saxons, le « return to play » est une notion plus que jamais d’actualité. Tous les professionnels du sport et de la santé s’accordent à dire que cette phase est incontournable après blessure, aussi bien pour le sportif professionnel que pour le sportif amateur, pour faciliter le retour au sport et limiter les risques de récidive.

Dans ce contexte, REATHLETIC® travaille au quotidien pour répondre à ces enjeux et aux attentes des professionnels :

  • Côté « événement » : La réathletisation était au centre du débat dédié à la « réalité sur le rapprochement entre la kiné traditionnelle & la préparation physique » lors du salon «SANTÉ SPORT » fin mars à Lyon. Vous pouvez retrouver l’intégralité de ce débat sur le site de notre partenaire CMS TV.
  • Côté « proximité » : Nous continuons à développer nos partenariats en région pour être plus proche de vous. Après CapBreton, Clairefontaine et Lille, un nouveau partenariat avec P2SM à Nantes pour vous permettre de participer  au module de formation sur le Test fonctionnel après plastie du LCA : test K-STARTS. Encore quelques places de disponibles pour notre session du 19 juin au Centre National du Football à  Clairefontaine ( en savoir +) et du 21 juin dans les locaux de l’IRBMS à Villeneuve d’Ascq (en savoir +).

N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour toutes questions concernant nos travaux de recherche, nos programmes de formation, notre application ou notre communauté d’experts labellisés.

Je me joins à toute l’équipe REATHLETIC pour vous souhaiter un très bel été.

Sportivement,

Laurent PATRIS
Dirigeant – fondateur associé

Posté dans Nouveautés - Commentaires fermés sur EDITO JUIN 2019

EDITO #12

Alors que nous nous apprêtons à clore le 1er trimestre 2019 , nous pouvons dresser un premier bilan de l’activité du laboratoire de la réathletisation.

  • Coté pathologies, après plusieurs mois d’études et de développement, nous avons lancé début mars le module 1 de la formation Epaule. (voir NOUVEAUTÉ REATHLETIC). Ce premier module de 2 jours inscrit la kinésithérapie dans un schéma global de prise en charge de l’épaule. Cette formation à 4 objectifs principaux :

-Connaitre les différentes pathologies de l’épaule

-Améliorer la démarche diagnostic & l’examen clinique grâce à une approche pluridisciplinaire.

-Connaitre la prise en charge médico-chirurgicale actuelle.

-Savoir définir, à partir des nouvelles approches médicales et chirurgicales, des protocoles de traitement adaptés.

Des  modules consacrés aux tests fonctionnels (TAR et STARTS) et à la réathletisation de l’épaule du sportif sont en cours de finalisation et devrait voir le jour d’ici la fin de l’année.

  • Coté proximité, nous avons développé des partenariats pour proposer des formations sur l’ensemble de l’Hexagone avec le CERS Cap Breton (sud-ouest), le centre national de Clairefontaine (région parisienne) et l’IRBMS (hauts de France) .
  • Coté agrément, l’ensemble de nos formations sont maintenant agréées par l’ANPDC ou le FIFPL et vous pouvez donc bénéficier d’une prise en charge importante.

Nous attirons votre attention sur le fait que nous arrivons à la fin de la période de validation pour l’obligation triennale de DPC. N’hésitez donc pas à programmer vos formations avant la période estivale, le nombre de place étant limité à 15 personnes par session !

Toute l’équipe ATHLETIC est à votre disposition pour répondre à vos questions.

Sportivement,

Laurent PATRIS – Dirigeant Fondateur SAS ATHLETIC

Posté dans Nouveautés - Commentaires fermés sur EDITO #12

RÉ-FLEXION #11

Depuis plusieurs mois, le Comité scientifique travaille à la mise en place d’un test fonctionnel de l’épaule pour les personnes opérées, dans la continuité du travail déjà réalisé sur le genou. A l’heure actuelle, le contenu du test a été défini et la fiabilité du test a déjà été évaluée sur un groupe contrôle, à savoir, des personnes n’ayant subi aucune lésion des épaules. Les premiers résultats permettent de poursuivre cette étude de fiabilité en évaluant le niveau de récupération fonctionnel de personnes opérés d’une butée antérieure de l’épaule. Le souhait du Comité scientifique d’optimiser le schéma de prise en charge post opératoire va aboutir à la mise en place, courant  2019, d’une formation axée sur les suites post opératoires et le continuum à suivre lors de la phase de rééducation et de réhabilitation sportive suite à l’opération d’une butée antérieure de l’épaule.

En parallèle, le comité scientifique a travaillé à l’externalisation de la formation sur la réathlétisation du genou pour répondre aux problématiques de leurs collègues orthopédistes. Les premiers modules ont eu lieu au Centre Européen de Rééducation du Sportif de Capbreton. L’élargissement du réseau de professionnels formés permettra la mise en place d’un langage commun facilitant le lien entre les différents intervenants au cours du processus de prise en charge post LCA en s’appuyant sur des données objectives pour optimiser la qualité du retour au sport et faciliter la prise de décision.

En savoir plus sur la prise en charge en rééducation post chirurgie du LCA et les niveaux de récupération motrice.

RE-FLEXION #10

Après avoir réfléchi, conçu et mis en place le test fonctionnel K-STARTS validant le retour au sport après chirurgie du LCA, notre équipe de Recherche & Développement – LE LABORATOIRE DE LA REATHLETISATION –  s’est attelée à concevoir un nouvel outils cette fois-ci appliquée à une autre articulation : l’épaule.

Articulation ô combien complexe, l’épaule fait partie des articulations les plus régulièrement touchées lors des activités physiques et sportives et peut nécessiter, le cas échéant, une intervention chirurgicale afin de remettre sur pieds les sportifs, qu’ils soient amateurs ou professionnels.

Les premières recherches autour de ce thème nous montrent qu’il n’existe pas, à l’heure actuelle, de tests validant le retour au sport après une chirurgie de l’épaule et en particulier lorsqu’il s’agit d’une opération d’une butée antérieure à la suite d’épisodes de luxations ou de subluxations récurrentes.

De ce fait, LE LABORATOIRE DE LA REATHLETISATION travail à ce jour sur la création d’une batterie de tests, nommée S-STARTS, permettant l’obtention d’un score composite à la manière du K-STARTS. Les premières expérimentations sont d’ores et déjà en cours et nous aurons les premiers résultats très prochainement. Le test est amené à évoluer afin d’apporter toutes les modifications nécessaires qu’il faudra afin d’obtenir un outil qui soit à la fois fiable et reproductible par tous les professionnels de la santé.

RE-SULTAT #10

Suite à ma 2ème opération du genou, j’ai souhaité compléter la rééducation avec une phase de réathlétisation avant de finir par de la préparation physique adaptée. Après une 1ère opération compliquée, j’avais besoin de surmonter la peur de me blesser à nouveau et de reprendre confiance en mon genou. Je savais que les séances de réathlétisation allaient me permettre d’avoir des protocoles adaptés à ma pratique sportive et à mon anxiété.

J’ai d’abord eu une séance individuelle ce qui m’a beaucoup rassurée. Tout était contrôlé par un préparateur physique compétent, présent à chaque étape. J’ai ensuite eu des séances collectives qui étaient très intensives mais efficaces. A chaque fois, les exercices étaient adaptés à chacun ce qui nous permis de progresser rapidement. Être à plusieurs permet de rester motivé et de constamment chercher à se surpasser. Cela m’a redonné confiance en mon genou et en mon corps.

Après ces séances, j’ai travaillé avec un coach personnel qui m’a beaucoup aidé et redonné de l’énergie pour retrouver mon niveau physique.

Je recommande cette phase de réathlétisation à toutes les sportives et tous les sportifs qui ont subi des opérations et qui se trouvent perdu physiquement et moralement.