9H00 - 19H00
LUNDI - VENDREDI
4 RUE JEAN SARRAZIN
69008 LYON
04 78 00 37 29
CONTACT@REATHLETIC.FR

Nouveautés

RETROUVEZ TOUS NOS ARTICLES

RE-TOUR D’EXPERIENCE – MARS

Témoignage de Gael DEBACHY, préparateur physique (59)

A l’origine, de par ma formation en STAPS, j’ai toujours été passionné par la prévention des risques de blessure (ou prévention primaire) et par la réathlétisation (ou prévention secondaire).

Dans le cadre du lancement de ma société « Coachinpevele », Philippe Delgove-l’ostéopathe avec lequel je collabore en réseau – m’a parlé de la formation REATHLETIC et de son intérêt pour accroitre mon expertise dans la prise en charge des sportifs en prévention primaire et réathlétisation « genou » et « épaule ».

Dans un premier temps, j’ai décidé de suivre la formation sur le test DPR (Détection de Profils à Risque) qui regroupe un ensemble de tests permettant de cibler plus précisément les déficits de souplesse, de force et de fonctionnalité. Très satisfait par cette formation alliant théorie et pratique, j’ai pris la décision de suivre tout le cursus « genou ». (Test fonctionnel K-STARTS, module 1 et module 2 « réathlétisation genou »).

Ce cursus a totalement répondu à mes attentes : Pour la première fois, grâce à la qualité et à la diversité des intervenants, j’ai suivi une formation proposant une vraie passerelle entre le monde médical et le monde du sport. Avec les 3 intervenants (chirurgien, kinésithérapeute et docteur en sciences du sport), cette formation apporte une vision d’ensemble sur la prise en charge où chacun peut trouver sa place et où le travail d’équipe et les synergies sont prépondérants pour la qualité de la prise en charge.

Grâce à ce cursus basé à la fois sur un véritable travail de recherche scientifique et sur l’expérience des intervenants, j’ai réellement acquis une nouvelle expertise dans la prise en charge du genou post chirurgie du LCA que j’ai pu mettre directement en pratique avec mes clients. Cela m’a également permis de créer un lien avec le monde médical.

Encouragé par cette expérience positive, j’ai décidé de suivre le cursus « épaule » que j’ai débuté fin 2020. Après la formation sur le test fonctionnel S-STARTS et un module consacré à la connaissance des pratiques diagnostiques et des prises en charges thérapeutiques, j’ai prévu de terminer mon cursus en 2021 avec le module consacré à la planification des séances de réathlétisation.

Gaël DEBACHY
Préparateur physique

15 rue Lucie Aubrac
59242 Capelle en Peleve

06 16 49 56 34
contact@coachinpevele.fr.

Aélya PONTY

RÉ-VISION – MARS

  1. L’utilisation d’étirements dynamiques au cours de l’échauffement aide-t-il à diminuer le risque de blessures ?

Réponse : Vrai. Publication de Behm en 2016.
Behm DG, Blazevich AJ, Kay AD, McHugh M.
Acute effects of muscle stretching on physical performance, range of motion, and injury incidence in healthy active individuals: a systematic review.
Appl Physiol Nutr Metab. 2016 Jan;41(1):1-11. doi: 10.1139/apnm-2015-0235. Epub 2015 Dec 8.

 

  1. L’augmentation du risque de blessure du rectus femoris est indépendante du muscle iliopsoas ?

Réponse : Faux. Une faiblesse de l’iliopsoas augmente le risque de blessure du rectus femoris (Lewis, 2007).
Lewis CL, Sahrmann SA, Moran DW.
Anterior hip joint force increases with hip extension, decreased gluteal force, or decreased iliopsoas force.
J Biomech. 2007;40(16):3725-31. doi: 10.1016/j.jbiomech.2007.06.024. Epub 2007 Aug 17.

 

  1. Existe-il une relation entre une faiblesse des muscles abducteurs de hanche et le syndrome de la bandelette iliotibiale ?

Réponse : Oui. Une publication de de Mucha en 2016.
Mucha MD, Caldwell W, Schlueter EL, Walters C, Hassen A
Hip Abductor Strength and Lower Extremity Running Related Injury in Distance Runners: A Systematic Review, Journal of Science and Medicine in Sport (2016),
http://dx.doi.org/10.1016/j.jsams.2016.09.002

RÉ-SULTAT GENOU – JANVIER

Témoignage de Nicolas Rajon – Réathlétisation genou

Avec la crise sanitaire liée à la COVID, les sportifs ont été perturbés dans leur programme de réathlétisation par les confinements successifs et les restrictions imposées par les pouvoirs publics. Seule solution pour ne pas perdre les acquis, travailler en autonomie avec des programmes simples à mettre en œuvre. C’est ce que la société ATHLETIC a proposé à ses clients.

Nicolas Rajon – Footballeur amateur – témoigne :

« Pratiquant le football en amateur au niveau régional, j’ai été opéré du LCA du genou droit le 10 mars 2020.

A l’issue de ma rééducation (déjà perturbée par le 1er confinement) et sur les conseils de mon kinésithérapeute, j’ai fait quelques séances de réathlétisation chez ATHLETIC pour préparer au mieux mon retour à la compétition.

Lors de mon bilan post-opératoire à 6 mois, après un test isocinétique favorable, j’ai pu réaliser le test fonctionnel K-STARTS.

Avec un score de 95/100, les résultats étaient bons et j’ai souhaité consolider mes acquis avec quelques séances de réathlétisation complémentaires, en parallèle de la reprise progressive des entraînements en club.

Hélas, le 2ème confinement a provoqué l’interruption des séances et de la pratique en club, mettant entre parenthèses ma progression et mes objectifs de retour sur les terrains.

Qu’à cela ne tienne, dans l’optique de reprendre le football dans les meilleures conditions une fois les restrictions levées, j’ai décidé de travailler seul à mon domicile.

ATHLETIC m’a fait parvenir un programme de renforcement fonctionnel, simple à mettre en œuvre en autonomie et ne demandant pas trop de matériel.

Après l’achat d’un Bosu, d’un swiss-ball et d’une bande élastique, je me suis lancé et je ne le regrette pas !

J’ai conservé mes acquis et j’espère pouvoir reprendre bientôt mon activité préférée si la situation l’autorise !

Cela dit, rien ne vaut une séance en réel avec un coach pour la motivation ! »

RÉ-VISION – JANVIER

  1. Les résultats au K-STARTS à 6 mois post-opératoire sont influencés par le type de pratique sportive ?

Réponse : Faux. Après analyse des résultats obtenus suite à la passation de plus de 3000 tests K-STARTS au sein de notre structure, il n’y a aucune influence significative du type de sport pratiqué sur les résultats obtenus au test K-STARST à 6 mois post opératoire d’un LCA.

 

  1. Le S-STARTS peut-il être utilisé sur toutes les pathologies de l’épaule ?

Réponse : Vrai. Il s’agit d’un test d’évaluation fonctionnelle du complexe de l’épaule. Cependant, la validité statistique du S-STARTS n’a été effectuée que sur les sujets ayant été opérés d’une butée antérieure par procédure Latarjet.

 

  1. Existe-il un questionnaire psychologique spécifique suite à une reconstruction ligamentaire de la cheville ?

Réponse : Oui. Une publication de Sigonney en 2020 : Sigonney F, Lopes R, Bouché PA, Kierszbaum E, Moslemi A, Anract P, Stein A, Hardy A. The ankle ligament reconstruction-return to sport after injury (ALR-RSI) is a valid and reproducible scale to quantify psychological readiness before returning to sport after ankle ligament reconstruction. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 2020 Dec;28(12):4003-4010. doi: 10.1007/s00167-020-06020-6.

RÉ-SULTAT GENOU – NOVEMBRE

Témoignage de Camille-Antoine WIART – 12 séances de réathlétisation genou

« Après une chute à ski en février 2018, j’ai dû me faire opérer du LCA gauche en avril de la même année par un chirurgien du centre orthopédique Paul Santy.

Après 6 mois de rééducation, j’ai passé un premier test isocinétique qui s’est avéré mauvais, je n’ai donc pas pu passer le test fonctionnel. J’ai continué mes séances pendant 3 mois avant de pouvoir les repasser. J’ai eu énormément de douleurs malgré mes séances de kinésithérapie. Je ne me sentais pas progresser et mon moral s’en faisait ressentir.

Le test fonctionnel K-STARTS a été pour moi une révélation car, en plus de la passation du test, j’ai pu parler avec la préparateur physique Ambre Benedetto, qui m’a parlé de réathlétisation et du bienfait que cela pourrait me procurer dans ma guérison. Jusque-là, je n’en avais pas spécialement entendu parler si ce n’est lors d’interview de sportifs de haut niveau donc je pensais que ces programmes n’étaient faits que pour les professionnels qui faisait du sport de manière intensive.

Après l’accord et les encouragements (pour me tourner vers cette solution) de mon médecin du sport,  j’ai pu commencer les séances. Lors de la première, j’ai passé le Test d’Aptitude à la Réathlétisation qui a révélé que j’avais besoin de 12 séances. J’ai pu les suivre avec Ambre, Meven LeGuen et Naomy Gabrielli, tous préparateurs physique experts en réathlétisation genou. Chaque séance était à la fois très complète (elles alliaient à la fois reconstruction musculaire, performance et reprise de la confiance en soi) mais également très organisée avec une partie échauffement, renforcement musculaire et travail dynamique.

Le professionnel en charge de la séance nous poussait chaque fois à aller au bout de nos limites, à sortir de notre zone de confort. C’était physiquement difficile mais tellement satisfaisant de pouvoir voir des évolutions de semaines en semaines. Nous étions suivis de manière individuelle en permanence puisque le préparateur physique nous donnait des indications sur notre posture mais nous encourageait aussi psychologiquement pour éviter d’avoir peur de se reblesser. A la fin de la séance, j’avais, chaque fois, une sensation de stabilité, de force musculaire et de confiance en mes appuis.

J’ai pu reprendre progressivement mon activité sportive (natation, vélo) et même si je n’ai jamais pu retrouver mon niveau d’avant la blessure (car je n’y ai pas consacré suffisamment de temps), j’ai été entièrement satisfait de toute la prise en charge au centre ATHLETIC. En effet, la proximité préparateur physique / client est très présente : pendant les séances, il y a un vrai temps de conseils pour éviter de se blesser, pour reprendre confiance en son genou, en soi. C’est primordial pour la récupération.

L’inconvénient reste l’absence de remboursement des séances, mais pour en avoir fait l’expérience, c’est un vrai investissement pour la santé.

Je vais d’ailleurs recontacter le centre, lorsque la crise sanitaire sera passée, car j’ai eu quelques problèmes de santé ces derniers mois qui m’ont fait perdre beaucoup de masse musculaire au niveau des membres inférieurs et je suis persuadé que la réathlétisation pourrait me permettre de retrouver une bonne condition physique.

Faire des séances de réathlétisation est un vrai gain de temps dans son parcours post-opératoire après chirurgie du LCA et c’est dommage que cela ne soit pas plus expliqué par les chirurgiens. »

RE-TOUR D’EXPERIENCE – NOVEMBRE

Témoignage de Aélya PONTY- Masseur Kinésithérapeute (38)

« J’ai connu le centre ATHLETIC par le biais la publication concernant le test fonctionnel K-STARTS. En effet, je me suis toujours intéressée aux pathologies du genou (qui représentent une bonne partie de ma patientèle). J’avais donc envie d’approfondir mes connaissances sur le sujet notamment en ce qui concernant les limites entre préparation physique / kinésithérapie et rééducation / réathlétisation. En 2019, j’ai été kinésithérapeute de l’équipe de France de ski de fond, j’avais donc quelques notions du travail des préparateurs physique sur la réathlétisation des athlètes mais pas suffisamment pour pouvoir l’appliquer dans ma prise en charge quotidienne. 

J’ai commencé par la formation dédiée au test fonctionnel K-STARTS, fin 2018. La session était bien construite puisque nous avions des rappels essentiels mais également des références aux risques de reblessure et au retour au sport. Cela m’a permis de faire un lien direct avec les cas concrets que l’on peut rencontrer dans notre métier. Nous avons ensuite eu une partie pratique où il a été intéressant de se rendre compte de ce que le patient peut ressentir au moment de passer son test K-STARTS. Enfin nous avons pu, durant cette journée, observer des tests passés par l’équipe REATHLETIC. La structure est parfaitement adaptée à la mise en place des différents tests (notamment l’Illinois modifié) mais cela semble compliqué dans une petite structure.

En 2019, j’ai participé au modules 1 et module 2 « réathlétisation genou ». C’était vraiment une approche complète avec les différents intervenants (chirurgien, kinésithérapeute, préparateur physique) qui nous apportaient un point de vue et une donc une expertise différente. On a pu reprendre les bases en anatomie, kinésithérapie mais également en planification que l’on avait pu voir pendant les études.

Grâce à cette nouvelle expertise dans la prise en charge du genou post chirurgie du LCA, j’ai pu mettre directement en pratique mes connaissances. J’ai enrichi mes séances avec de nouveaux exercices et j’ai pu avoir une nouvelle organisation dans les planifications. Le retour de mes patients a d’ailleurs été très positif puisque j’ai pu les accompagner jusqu’au retour terrain.

J’utilise l’application REATHLETIC Pro pour faire passer les tests K-STARTS. Cependant, j’utilise un outil personnel pour la gestion des planifications car je préfère tout centraliser au même endroit.

Ces formations ont bien répondu à mes attentes même si j’aurai aimé avoir davantage d’approfondissement dans l’exploitation de la littérature scientifique.

Depuis fin août 2020, j’ai ouvert un cabinet dans un espace proposé par une salle de crossfit (avec également la présence d’un préparateur physique). Je peux donc maintenant avoir un espace pour mettre en pratique tout ce qui a été vu pendant mes formations REATHLETIC, me permettant ainsi de mettre en avant l’aspect sportif de mes protocoles dans la prise en charge de mes patients.

Je vais sûrement me former au test fonctionnel S-STARTS pour consolider mes connaissances dans la prise en charge de l’épaule d’ici quelques mois. »

Aélya PONTY
Masseur-kinésithérapeute

175 cours de la Libération
38000 Grenoble

06 19 21 48 24
aelya.ponty@gmail.com

Aélya PONTY

RÉ-VISION PATHOLOGIES GENOU – NOVEMBRE

  1. L’exercice du « Nordic Hamstring » est-il l’exercice sans matériel qui stimule le plus les iscio-jambiers ?

Faux.

En effet, pour répondre à cette interrogation, il convient de différencier les modes de contraction. Pour le mode de contraction excentrique, l’exercice qui stimule le plus est du type « Nordic hamstring » mais avec une extension de hanche à 45°. Pour le mode concentrique, il s’agit de la fente avant.

Attention, ces résultats sont pour une stimulation optimale (donc ratio) entre semi-tendineux et biceps femoral (Bourne, 2016).

 

  1. L’exercice qui stimule le plus le long adducteur est le « Copenhagen adduction » ?

Faux.

L’exercice qui permet un niveau d’activation optimale est celui où la personne est allongé au sol, genoux fléchis, serrant un ballon entre ses genoux (Serner, 2013).

 

  1. Le placement de la mini bande sur les jambes lors du travail des muscles abducteurs et rotateur externe de hanche n’a pas d’importance dans le cadre d’une inflammation de la bandelette ilio-tibiale?

Faux.

Lorsque la mini bande est placée autour des chevilles, elle stimule plus la bandelette ilio-tibiale que lorsque celle-ci est placée soit autour des cuisses, soit autour des pieds. Eviter donc de placer la mini bande autour des chevilles dans la phase inflammatoire de cette pathologie.

Posté dans Nouveautés, RE-VISION - Commentaires fermés sur RÉ-VISION PATHOLOGIES GENOU – NOVEMBRE

RE-TOUR D’EXPERIENCE – SEPTEMBRE

Témoignage de Thomas GOURSON- Masseur Kinésithérapeute (38)

« J’ai travaillé à l’Hopital Mermoz où j’ai entendu parler, par l’équipe médicale, du centre REATHLETIC et de leurs travaux en réathlétisation. Faisant beaucoup de LCA, je m’intéressais aux bases de ces principes de prises en charge vu pendant mes études mais pas suffisamment approfondis.

J’ai donc effectué le Module 1 et le Module 2 « Réathlétisation Genou » à Lyon. Les formations étaient très intéressantes car cela apporte une réelle expertise dans la prise en charge du LCA. Avec les 3 intervenants (chirurgien, kinésithérapeute et préparateur physique), nous avons pu avoir une vision d’ensemble sur la prise en charge. Nous avons pu facilement leur poser des questions et mieux comprendre la partie préparation physique, notamment, qui très peu étudiée dans le parcours scolaire.

J’ai beaucoup apprécié la partie pratique car nous avons pris le temps de voir différents exercices de réathlétisation. J’utilise d’ailleurs quotidiennement mes acquis puisque je peux maintenant suivre mes patients de leur rééducation jusqu’à leurs séances de réathlétisation, même si je rencontre des difficultés à rendre payant ces dernières dans ma prise en charge globale.

J’arrive même à adapter les protocoles à d’autres pathologies du membre inférieur (genou, cheville et hanche).

 Ayant été très satisfait de la formation genou, je me suis inscrit au premier module épaule pour juin 2020. En effet, les pathologies de l’épaule sont le 2ème motif de consultation du cabinet : j’avais besoin d’approfondir mes compétences. Etant en période post-confinement, nous étions peu nombreux pendant les 2 journées ce qui nous a permis d’avoir davantage d’échanges avec les intervenants et notamment avec le chirurgien. J’ai donc pu comprendre l’évolution des différentes pathologies qui sont hors de mon périmètre de prise en charge afin de pouvoir conseiller à mes patients des centres spécialisés. J’ai donc remis en question ma manière de travailler au quotidien. Néanmoins, j’ai trouvé que cette formation était trop axée « prise en charge post-opératoire », or la majorité de mes patients souffrant de douleurs à l’épaule viennent au cabinet avant d’être opéré. Il y avait également trop de redondance entre les différentes parties théoriques malgré de bons bilans.

 J’utilise très peu l’application REATHLETIC car j’ai énormément adapté les protocoles à mon travail.

 Je vais maintenant me renseigner sur les autres formations proposées par le centre ! »

Thomas GOURSON
Masseur-kinésithérapeute

5002 route de Bourgoin
38790 Diemoz

thomas.gourson@free.fr

Thomas GOURSON

RÉ-VISION PATHOLOGIES GENOU – SEPTEMBRE

  1. Le taux de retour au sport après une chirurgie d’un conflit femoro-acétabulaire est faible.

Faux.

Le taux de retour est sport est élevé. Cependant, il est dépendant du sport pratiqué et l’on constate dans des sports comme le baseball et le hockey sur glace, une diminution du nombre de matches joués et une diminution de la performance.

 

  1. Existe-t’il des tests cliniques fiables permettant d’établir un diagnostic de conflit femoro-acetabulaire ?

Oui.

Il existe 2 tests généralement utilisés : le FADIR et le FABER.

 

  1. A l’heure actuelle, peut-on évaluer la capacité du retour au sport après une chirurgie d’un conflit femoro-acetabulaire au travers d’un score compsite?

Non.

La structure Reathletic a créé un test composite permettant d’obtenir un score sur 100points. Ce test est actuellement en phase d’expérimentation sur des personnes saines et des personnes opérés.

Posté dans Nouveautés, RE-VISION - Commentaires fermés sur RÉ-VISION PATHOLOGIES GENOU – SEPTEMBRE

RE-TOUR D’EXPERIENCE – MARS

Témoignage de Ronan MERCERIE – Masseur Kinésithérapeute (74)

Je travaille dans un cabinet qui reçoit beaucoup de sportifs pour différentes blessures. Il est facile pour nous de les rééduquer mais souvent nous sommes confrontés à une baisse de performance du côté lésé par rapport au côté sain par manque de formation sur la préparation physique. J’ai donc recherché à avoir une approche complète pour que le sportif puisse effectuer un retour sur le terrain sans risque.

J’avais entendu parlé des formations proposées par REATHLETIC® lors d’une conférence organisée à Annecy par Dr ROLLIER et Dr LEMASLE sur « le return to play après lésion du LCA ».

J’ai commencé par me former au test fonctionnel K-STARTS afin d’obtenir une façon objective d’autoriser la reprise du sport (même si la décision revient généralement au médecin). Ce test permet au patient d’avoir un score qui le rassure et il me permet d’autoriser le patient à reprendre telle ou telle activité.

J’ai ensuite fait le module 1 de formation sur la réathlétisation du genou. Après une rééducation, je me retrouvais souvent confronté à la difficulté de récupérer les capacités physique antérieures à la blessure. Je voulais avoir une approche de la réathlétisation avant de passer un diplôme de préparation physique. J’applique quotidiennement les connaissance apprises et même si ça ne concerne encore que peu de patients, je me sens beaucoup plus sur de moi et sur mes programmes d’exercices que je donne en fin de rééducation quant à leur reprise sportive post blessure.

Je travaille, en plus du cabinet, à la fédération sportive d’ultimate. Nous avons mis en place des visites médicales pluridisciplinaires depuis l’année dernière pour tous les athlètes sélectionnés en équipe nationale. Le but était de faire de la prévention de blessure mais nos tests étaient trop opérateurs dépendants et pas forcément optimaux. J’ai donc alors voulu me former sur le test DPR (Détection de Profils à Risque) qui regroupe beaucoup plus de tests et permet de cibler plus précisément les déficits sur la souplesse, la force et la fonctionnalité. J’ai d’ailleurs recommandé cette formation à tous les kinés qui travaillent avec moi au sein de la fédération, je pense qu’elle peut apporter un vrai plus dans la prévention des blessures chez le sportif.

Ces différentes formations m’ont permis d’obtenir des outils faciles à mettre en place dès la sortie de la formation grâce à l’application proposée et les différents tests facilement applicables. Pour le moment, j’ai peu utilisé l’application mais je la trouve très fonctionnelle et facile à prendre en main. Par contre, je n’ai pas encore le réflexe de regarder la boutique d’exercices disponible.

Les intervenants sont de qualités, ils sont passionnés par la recherche de l’information la plus juste et pertinente à transmettre. Il y a un véritable travail de recherche de leur part. Même si, comme la plupart de mes confrères je préfère l’aspect pratique, l’aspect théorique est essentiel surtout que les informations données sortent toutes d’études récentes.

Le centre ATHLETIC possède des installations de qualités avec toute la gamme Cybex Eagle, une salle de cours bien équipée et un espace vestiaire pour se changer et se doucher après une bonne journée de théorie et pratique. On a accès à toute l’infrastructure et même l’espace récupération.

Je reviendrais, courant 2020 pour finaliser ma formation en réathlétisation genou et faire le 2ème module DPR ! 

Ronan MERCERIE
Masseur-kinésithérapeute

Kiné & Sport
105 route du Président Lavy
74370 Argonay

ronanmercerie@hotmail.fr

Ronan MERCERIE